Par le Général Abdul Khalifa Ibrahim

La Force Multinationale Mixte (FMM) sous sa forme actuelle a été réorganisée et ré-opérationnalisée en 2015. Elle a son quartier général à N’djamena au Tchad et l’ancien chef de l’armée nigériane, le lieutenant-général Tukur Yusufu Buratai (Rtd) a été son premier commandant de force (CF). La FMM initiale a été fondée en 1994 par la République fédérale du Nigéria avec son siège à Baga Nigeria et comptait des troupes du Nigéria, du Niger et du Tchad comme membres participants. Cette force a raisonnablement bien réussi à s’attaquer aux crimes transfrontaliers et aux problèmes de banditisme léger pour lesquels elle avait été créée. Cependant, l’avènement de l’insurrection de Boko Haram (BHT) et de l’État islamique de la province de l’Afrique de l’Ouest (ISWAP) en 2009 et la nature croissante de leurs opérations transfrontalières à cheval entre le Nigéria, le Niger, le Cameroun et le Tchad ont nécessité une réponse appropriée pour contrer la menace, surtout après leur retrait dans les zones du bassin du lac Tchad (LCB) après que les forces de sécurité gouvernementales les ont chassés des zones urbaines.

En conséquence, la FMM a été réopérationnalisée avec une capacité accrue d’environ 10 000 hommes. La FMM réopérationnalisée a été approuvée par l’Union africaine UA, l’Union européenne UE et les Nations Unies, tandis que la Commission du bassin du lac Tchad CBLT a fourni un cadre institutionnel pratique pour servir d’organisation politique principale. La Force a été mandatée pour créer un environnement sûr et sécurisé dans les zones touchées par les activités de la Bosnie-Herzégovine et d’autres groupes terroristes, faciliter la mise en œuvre des programmes de stabilisation globale et faciliter, dans la limite de ses capacités, les opérations humanitaires et la fourniture d’une assistance à la populations touchées. Par conséquent, l’UA a mandaté la CBLT pour être l’organe de coordination politique de la FMM avec son Secrétaire Exécutif (ES) faisant office de chef de mission (HoM) de la FMM.

La FMM a des troupes provenant des pays du bassin du lac Tchad du Nigeria, du Niger, du Cameroun et du Tchad, la République du Bénin étant un observateur et déployant par la suite des troupes pour des tâches de garnison au QG de la FMM qui ont ensuite été retirées et n’ayant plus que des officiers d’état-major déployés dans le quartier général. La Force a une zone d’opération s’étendant sur toute la région du bassin du lac Tchad dans certaines parties du Nigeria, du Niger, du Cameroun et du Tchad. La zone est composée d’environ 2,4 millions de kilomètres carrés avec une population d’environ 30 millions de personnes réparties dans les pays du bassin du lac Tchad. La Force est divisée en 4 secteurs, chacun de brigade plus statut avec le secteur 1 à Mora (Cameroun), le secteur 2 à Baga Sola (Tchad), le secteur 3 à Monguno (Nigeria) qui fonctionne également en tant que secteur 3 OPÉRATION HADIN KAI et secteur 4 à Diffa (Niger).

Depuis la réopérationnalisation de la FMM en 2015, la Force a mené 6 opérations majeures. Il s’agit notamment de l’opération GAMA AIKI, de l’opération RAWAN KADA, de l’opération AMNI FAKAT et de l’opération YANCIN TAKFI I & II. La Force a récemment mené l’Op SHARAN FAGE et l’Opération LAKE SANITY. Ces opérations ont été collectivement réussies avec des effets significatifs sur la capacité opérationnelle du terroriste. On ne saurait trop insister sur le rôle des forces aériennes nationales des pays du LCB, en particulier l’armée de l’air nigériane, car elles ont continuellement frappé profondément dans les îles du lac Tchad et ont eu un effet dévastateur sur la capacité opérationnelle des insurgés. L’opération LAKE SANITY, qui était la plus récente opération de la FMM, a vu les troupes de la FMM pénétrer profondément à l’intérieur des îles du lac Tchad et des colonies connues localement sous le nom de “Tumbuns”. Cela a conduit à la neutralisation de centaines de terroristes, à la destruction de leurs camps et de leur équipement et au sauvetage d’otages et d’autres personnes enlevées. Des zones telles que Baga, Doron Baga, Mallam Fatori, Bindirim et Cross Kauwa au Nigeria, Blagoa, Darak et Fotoko au Cameroun, Kangalia et Kaiga au Tchad ainsi que Baroua, Ngajam et Fougoi entre autres ont vu le retour régulier de centaines de réfugiés, déplacés internes, une plus grande normalité et l’autorité civile étant rétablies. Les opérations de la FMM en étroite collaboration avec les opérations nationales (OPERATION HADIN KAI – Nigeria et OPERATION EMERGENCE IV – Cameroun) ont permis une amélioration de la situation sécuritaire dans la Région. Les écoles rouvrent, bien qu’à une échelle limitée, tout comme les hôpitaux et les marchés, tandis que le commerce et les activités agricoles, y compris la pêche, reprennent progressivement.

Alors que l’espace opérationnel BHT / ISWAP continue de se réduire à ces pressions militaires, leurs activités ont été confinées avec succès à des opportunités et à des attaques limitées, mais elles restent une force puissante capable de mener des attaques contre des cibles civiles et militaires. Il est donc nécessaire que les pays de la CBLT réévaluent l’efficience et l’efficacité de la FMM dans le but ultime de la renforcer. La communauté internationale à travers l’UE, le Royaume-Uni, l’UA et l’ONU ont également soutenu la FMM qui devrait être maintenue et améliorée. Les questions de financement opérationnel pour des opérations soutenues ainsi que d’autres défis urgents auxquels la force est confrontée doivent être examinés car la nature de l’insurrection de Boko Haram/ISWAP et sa nature transfrontalière font de la collaboration des pays du LCB une nécessité fondamentale pour travailler ensemble à la lutte contre la menace une fois pour toutes.

Le FMM reste une tentative unique pour résoudre un problème de sécurité lancinant car il a libéré et récupéré des territoires perdus jusqu’ici occupés par le BHT dans la région et a également créé un environnement propice à la conduite d’activités humanitaires dans les communautés locales par des organisations non gouvernementales locales et internationales. Des organisations telles que le CICR. Il a également facilité l’interdépendance entre les États membres, amélioré la sécurité frontalière et régionale. La réalisation la plus remarquable du FMM est peut-être sa capacité à rassembler des pays appartenant à différentes communautés économiques régionales ; Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest et Communauté économique des États de l’Afrique centrale à collaborer et à combattre conjointement la menace du terrorisme dans la région ainsi qu’à favoriser une meilleure intégration entre les armées régionales dans la zone LCB malgré les limites posées par la différence de langue et de culture et la formation militaire. Cela montre qu’avec la bonne volonté politique et le bon leadership, l’Afrique peut relever ses défis. Une chose est sûre, le conflit de Boko Haram a entraîné d’autres problèmes de sécurité au Nigeria et dans d’autres parties de l’Afrique. Le temps de se réunir enfin et d’y mettre fin est maintenant. Puissent les âmes de tous ceux qui sont morts dans ce conflit, les forces de la FMM et les civils innocents trouver le repos éternel.

Abdul Khalifah Ibrahim, un général de division, est le commandant de la force de la FMM.
Abdulkhalifah75@gmail.com

Please follow and like us:
Pin Share

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here